Vous êtes ici : Accueil > Sciences > Mathématique
Publié : 11 novembre 2006

Unité de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques

http://dev.ulb.ac.be/urem/

  • Jean Doyen : "Les nombres premiers, les graphes aléatoires et le meilleur des mondes possibles"

    13 août, par Charlotte BOUCKAERT — Extra-muros
    « Dans un texte de 1697, le mathématicien et philosophe allemand Leibniz reprend sa théorie du meilleur des mondes possibles, en précisant les conditions auxquelles un tel monde devrait satisfaire. Dans les années 1960, trois mathématiciens hongrois (Erdös, Rado et Rényi), qui étudiaient les graphes aléatoires, découvrent un modèle très simple d'un univers « à la Leibniz ». Leur résultat, qui fait intervenir à la fois l'arithmétique des nombres premiers, la combinatoire, les probabilités et les groupes de symétries, est surprenant car tout à fait contraire à l'intuition et au bon sens. La conférence en expliquera les tenants et les aboutissants, avec quelques conséquences inattendues et quelques digressions historiques. » Mardi 24 septembre 2019 à 17 heures Bruxelles – Palais des Académies – Salle à déterminer Les nombres premiers, les graphes aléatoires et le meilleur des mondes possibles Jean Doyen Inscription : http://www.academieroyale.be/fr/activites-detail/dates/les-nombres-premiers-graphes-aleatoires-meilleur-mondes-possibles-24-09-2019-17-00/
  • Résultats de l'équipe belge à l'Olympiade Internationale de Mathématiques

    20 juillet, par Charlotte BOUCKAERT — Les News de Buekenhout
    Source : https://www.imo-official.org/team_r.aspx ?code=BEL&year=2019
  • BSSM 2019

    9 juillet, par Charlotte BOUCKAERT — Extra-muros
    Voici le programme de la BSSM 2019 Le programme : Nous avons le plaisir de vous faire part du programme provisoire de cette BSSM ! 02 sept. 9:30-10:00 Registration 10:00-12:15 Tom Lenaerts (Université Libre de Bruxelles) 13:30-14:30 Krystal Guo (Université Libre de Bruxelles) Are these graphs the same ? 14:45-15:45 Corentin Vienne (Université catholique de Louvain) 03 sept. 10:00-12:15 Alain Valette (Université de Neuchâtel) The Kadison-Singer problem A biased tribute to Jean Bourgain (1954-2018) 13:30-14:30 Jacopo De Stefani (Université Libre de Bruxelles) 14:45-15:45 - 04 sept. 10:00-12:15 Michele D'Adderio (Université Libre de Bruxelles) Philosophy in Mathematics 13:30-14:30 Escape Game 05 sept. 10:00-12:15 Heiner Olbermann (Université catholique de Louvain) 13:30-14:30 Guillaume Valette (Université Libre de Bruxelles) Les diagrammes de Feynman ou comment évaluer des intégrales à l'aide de graphes 14:45-15:45 François Renaud (Université catholique de Louvain) 06 sept. 10:00-12:15 Mélanie Bertelson (Université Libre de Bruxelles) 13:30-14:30 Christophe Ley (Ghent University) http://bssm.ulb.ac.be/fr/program.php
  • "Les profs de math devraient être comme les entraineurs de football"

    12 mai, par Charlotte BOUCKAERT — Les News de Buekenhout
    Message de Francis Buekenhout "Texte excellent ! Tout à fait ce qu'il faut prôner. Pour les filles aussi, qui se mettent de plus en plus au football-soccer, et d'autres sports. Bravo et Merci Francis" Extraits « ...Au lycée, aucun de mes professeurs n'a remis en question mon talent mathématique, mais aucun d'eux ne l'a vraiment encouragé non plus. Personne ne m'a dit que je pouvais devenir mathématicien professionnel. Et franchement, ça ne me dérangeait pas. Je n'avais aucun désir de passer ma vie à faire des exercices à partir d'un manuel, ce qui est ce que j'ai supposé que faisaient les mathématiciens - si tant est que j'aie même réfléchi à ce qu'ils faisaient... » « ...Les entraîneurs de football peuvent être faciles à caricaturer : toute cette intensité, tous ces discours d'encouragement, toutes ces promesses qui forgent le caractère. Je ne les romance certainement pas. Je ne crois pas qu'ils font de meilleurs jeunes hommes, juste de meilleurs joueurs de football. Mais j'aimerais que les profs de maths soient plus comme des entraîneurs de football. Ne vous méprenez pas : je ne blâme pas mes professeurs de maths. Ils m'ont bien enseigné. Quand je suis arrivé à Penn State, où je me suis spécialisé en mathématiques, j'étais prêt à faire le sujet à un niveau avancé. ...Personne ne s'attend à ce qu'un professeur de mathématiques dise à un élève talentueux qu'il ou elle pourrait devenir le prochain John von Neumann. (Personne ne s'attend à ce que les professeurs de mathématiques parlent aux élèves de von Neumann - peut-être le plus grand mathématicien du 20e siècle - du tout.) Et personne ne s'attend à ce que les professeurs de mathématiques parlent avec le genre de feu, ou exigent le genre d'engagement et de responsabilité que les entraîneurs de football font. Mais j'aimerais qu'ils le fassent... » Source : John Urshel, « Math Teachers Should Be More Like Football Coaches. That style of motivation could help in the classroom, too. », Opinion, New York Times, May 11, 2019, https://www.nytimes.com/2019/05/11/opinion/sunday/math-teaching-football.html Mr. Urschel is a Ph.D. candidate in mathematics and former professional football player. Traduit avec www.DeepL.com/Translator
  • "What would Florence Nightingale make of big data ?"

    6 avril, par Charlotte BOUCKAERT — Extra-muros
    David Spiegelhalter : « Florence Nightingale on big data. It's not as random as it sounds. Statistician David Spiegelhalter looks at a little-known side to her. » Source : https://www.bbc.com/ideas/videos/what-would-florence-nightingale-make-of-big-data/p075lxkt Voir aussi la notice biographique de Florence Nightingale sur MacTutor : http://www-history.mcs.st-and.ac.uk/Biographies/Nightingale.html
  • "Les maths sont un outil de développement massif" Ingrid Daubechies

    27 mars, par Charlotte BOUCKAERT — Extra-muros
    Interview d'Ingrid Daubechies dans l'Echo du 26 mars 2019 Interview Daubechies,L'Echo, 26 mars 2018 Cliquer sur la vignette pour agrandir Source : CHRISTIAN DU BRULLE, interview "Les maths sont un outil de développement massif" (Ingrid Daubechies), L'Echo, 26 mars 2018, https://www.lecho.be/opinions/carte-blanche/les-maths-sont-un-outil-de-developpement-massif-ingrid-daubechies/10110617.html
  • Edmond Dony (23 juin 1921-18 mars 2019)

    25 mars, par Charlotte BOUCKAERT — Les News de Buekenhout
    Francis Buekenhout et l'UREM ont le regret de vous annoncer le décès d'Edmond Dony le 18 mars 2019.
  • Ingrid Daubechies à l'honneur dans DAILY SCIENCE

    24 mars, par Charlotte BOUCKAERT — Extra-muros
    Alexandre Wajnberg nous signale l'article de Christian Du Brulle paru le 22 mars 2019 dans Daily Science La baronne des ondelettes récompensée à Paris « Pour la deuxième fois (1) en 21 ans, un prix L'Oréal-UNESCO pour les femmes et la Science a été attribué à une scientifique belge. La Professeure Ingrid Daubechies, qui avait fait ses études à Bruxelles (VUB), a reçu cette récompense, voici quelques jours à Paris, aux côtés de quatre autres femmes scientifiques. Un prix qui lui a été attribué au titre de lauréate pour… l'Amérique du Nord ! Surprenant ? Pas vraiment, même si la chercheuse belge a gardé d'étroits contacts avec la Belgique, c'est aux Etats-Unis qu'elle a réalisé l'essentiel de sa carrière. D'abord à Princeton, puis à l'Université Duke. Elle dispose donc de la double nationalité. Rencontre avec la baronne des ondelettes (elle a été anoblie en 2012) et discussion autour des mathématiques, des femmes en mathématiques, de la formation des jeunes, ... » “...Une culture latente qui cantonne les femmes dans certaines filières La question des filles dans les STEM ? « En Europe, il y a une variation énorme de pays à pays. Pas moyen de l'expliquer sans prendre en compte la culture qui, dans certaines sphères, encourage les filles à opter pour une filière et pas pour d'autres. Ce n'est pas une culture active, mais une culture latente, qui met du temps à évoluer. Il y a aussi une question de prestige et de carrière. Dans certains pays européens, les carrières académiques sont plus valorisées que dans d'autres. Les salaires sont meilleurs. On y retrouvera alors davantage d'hommes ». Comment gommer les différences entre hommes et femmes en mathématiques ? « C'est très complexe. Malgré le constat de ce déséquilibre posé depuis pas mal de temps, on remarque aux Etats-Unis que le nombre de femmes qui font une thèse en maths plafonne à 30%. Ensuite, le nombre de femmes chute à chaque transition : entre le doctorat et le postdoctorat, entre le postdoctorat et les diverses étapes de la carrière académique ». « Des initiatives pour faire évoluer cette situation existent. Mais elles ne sont pas encore suffisantes. Peut-être faut-il identifier des effets non encore pris en compte ? Peut-être y a-t-il des leçons à tirer des divers mouvements sociaux actuels (gilets jaunes, marches pour le climat, etc.) ? « Je m'efforce d'encourager davantage de jeunes femmes à opter pour ces filières. Il y a des effets sociologiques que nous ne comprenons pas toujours, et qui n'ont pas toujours été étudiés. Et qu'il faudrait peut-être étudier ». ...” Lire l'article sur Daily Science Source : Christian Du Brulle, « La baronne des ondelettes récompensée à Paris » dans Daily Science, 22 mars 2019. URL http://dailyscience.be/22/03/2019/la-baronne-des-ondelettes-recompensee-a-paris/ ?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=la-baronne-des-ondelettes-recompensee-a-paris
  • Solutions des problémaths 10, 11, 12, 13 et palmarès de l'année académique 2018-2019

    21 mars, par Charlotte BOUCKAERT — Problemaths
    Les solutions des problémaths 10, 11, 12, 13 ainsi que le palmarès de l'année académique 2018-2019 sont en ligne. Toutes nos félicitations aux élèves du secondaire qui ont participé et résolu un ou plusieurs des 13 problémaths : A résolu 13 Problemaths : T.FOUGEREUX (élève de Terminale S au Lycée David d'Angers en France). A résolu 8 Problemaths : D.CORTILD (élève de 5ème au Collège St Michel). A résolu 4 Problemaths : Q.CLAUS (élève de 6ème à l'Athénée d'Uccle I). A résolu 3 Problemaths : S.NAOULI (élève de 6ème à l'Athénée Adolphe Max). Ont résolu 1 Problemath : M.MERIEMQUE (élève de 6ème à l'Athénée Adolphe Max), I.BRICCHI (élève de 6ème à la St Johns International School), P.VANBORRE (élève de Terminale S au Lycée Henri IV de Paris).
  • Pi et méthode de Monte-Carlo dans un tableur

    2 mars, par Yves Delhaye — Classement par date de mise en ligne
    Le calcul d'une valeur approchée de PI par une méthode dite "de Monte-Carlo" est un grand classique d'application du calcul de probabilités. Vous trouverez ici un fichier de tableur réalisant cette opération. Réaliser la manipulation avec un tableur est une bonne première approche des méthodes de Monte-Carlo pour des élèves d'humanités. En première année des études supérieurs, on utilisera typiquement un langage informatique (python, fortran,c ...) Capture d'écran du tableur Un mot d'explication La première ligne de la feuille de calcul est celle des titres des colonnes. La deuxième ligne affiche les formules utilisées dans la troisième ligne. La première colonne est celle des nombres de points. Dans l'exemple, nous allons jusque 2000 points. Dans les deuxième et troisième colonnes, nous générons deux nombres aléatoires. Par défaut, ils sont générés entre 0 et 1. La distribution est uniforme. Les valeurs obtenues sont équiprobables. Dans les quatrième et cinquièmes colonnes, nous multiplions ces nombres par 2 et soustrayons 1 aux résultats. Nous obtenons ainsi les coordonnées de points compris dans un carré centré sur l'origine dont la longueur des côtés vaut 2. Dans la sixième colonne, nous mesurons la distance entre le point et l'origine. Dans la septième colonne, si la distance est inférieure (ou égale, mais ce n'est pas très important) à 1. Nous affichons "1" (la valeur logique pour "vrai") ce qui signifie que le point est à l'intérieur du cercle de rayon "1" centré sur l'origine. Sinon, nous affichons "0" (la valeur logique pour "faux") . Ce qui signifie que le point du carré est à l'extérieur du cercle. La colonne suivante est celle où nous additionnons les valeurs de la colonne précédente. Elle affichera donc le nombre de points dans le cercle. Ce nombre de points est proportionnel à la surface du cercle. Dans la dernière colonne, Nous divisons le nombre de points dans le cercle par le nombre de points total (la valeur de la première colonne) et multiplions le résultat par quatre. Le dernier calcul réalise l'opération suivante : Surface du cercle sur surface du carré. Comme la longueur du carré est "2", le rayon du cercle est "1". La surface du caré est donc "4" et celle du cercle "pi". En multipliant le résultat de la divison par 4, on obtient "pi". L'intérêt de la "manip" est d'illustrer que la probabilité d'un événement est liée à une notion de limite. Il faut faire une grand nombre d'expérience pour que cette valeur se "stabilise".